Dossier SupInfo

Dossier SupInfo

Mathieu GUILLEMINOT
Campus Id : 206698

Le dossier Supinfo, oui je parle bien de dossier car la situation que je vais vous décrire dure depuis plusieurs mois et n’est toujours pas résolue à l’heure actuelle.

Vous le savez tous, je vis d’Epicube qui est un métier à plein temps (même plus puisque le taux horaire de 35h / semaine est très largement dépassé). Cependant je n’ai pas de diplôme plus élevé que le BAC, et malgré le fait que ma situation soit stable je n’ai jamais envisagé d’arrêter totalement mes études et de continuer sans diplôme, je tiens à en avoir un par sécurité et par fierté personnelle.

Malheureusement un choix est nécessaire, je suis dans l’impossibilité totale de suivre un cursus classique, je dois rester maître de mes horaires et je ne peux pas consacrer plusieurs heures à rester assis dans un amphi alors que je pourrais travailler bien plus vite à domicile en prenant ce temps sur mon temps libre. C’est alors que j’apprends l’existence de la formation Virtual Campus de Supinfo. La page de description de la formation (https://www.supinfo.com/virtual-campus/) est alléchante :

“Avec les horaires parfaitement adaptés, la mise à disposition d’un ensemble très riche de ressources disponibles 24/7, et un programme de coaching personnalisé, il est alors parfaitement possible de marier l’apprentissage de nouvelles compétences avec un emploi et une vie de famille.”
“SUPINFO International University met également à votre disposition avec sa plateforme Open-Campus qui propose 100% des ressources pédagogiques, cours, vidéos, TPs et outils de SUPINFO accessibles 24/7 avec un simple ordinateur et une connexion internet haut débit.”

Incroyable ! Supinfo propose exactement la formation que je recherche ! Cours enregistrés en ligne, coaching personnalisé, nombreuses ressources à disposition et pas d’horaires imposées. Je commence donc à me renseigner, tout d’abord grâce au chat intégré sur leur site, puis par mail (en communiquant avec Samuel CUELLA Curriculum & Faculty Manager) mais aussi en les appelant directement pour obtenir plus d’informations sur le déroulement des cours, les lieux d’examens, la qualité de la formation, etc …

• Retranscription du chat le 17 Mars sur le site de Supinfo

Je suis convaincu et je m’inscris en payant 6100€ (le coût de l’école a augmenté depuis l’année précédente).

• Confirmation de l’inscription

La date de rentrée est donc fixée au 3 Novembre et l’on me précise bien à plusieurs reprises que les dates sont strictement identiques pour le Virtual Campus et les campus physique, de même pour le programme. Parfait donc, il me reste quelques semaines avant la rentrée.

On arrive au 18 Novembre, la rentrée était censée avoir lieu le 3 Novembre, elle est déjà retardée de 2 semaines, mais personne ne m’a communiqué d’informations, le site où les cours devraient être diffusés en ligne ne reconnait pas mon compte. Étrange. J’envoie donc un mail pour obtenir plus d’informations, et l’on m’annonce alors que les cours démarreront le 8 décembre 2014. Aucune raison évoquée, mais cette fois ci c’est Brigitte BERNADET la responsable du Virtual Campus qui me répond.

Les cours commencent enfin au début de Décembre, ils sont bien transmit en direct via une plateforme WebEX (de 19h à 21h) mais impossible de mettre la main sur les enregistrements ! Tous les autres étudiants de ma promotion sont aussi étonnés et ne comprennent pas pourquoi rien n’est en replay. Notre délégué de promotion contacte Brigitte BERNADET qui nous annonce que « Les cours ne sont pas enregistrer car les professeurs ont peur que personne n’y assiste si ils sont disponible en replay ». C’est bien beau comme raisonnement, mais comme je vais faire moi ? La tranche horaire des cours est la pire pour moi, c’est le moment le plus dur de la journée où j’ai le plus de boulot, je ne peux absolument pas assister aux cours.

Frustré, je décide de prendre mon mal en patience : Brigitte BERNADET nous a dit qu’une réunion allait avoir lieu et qu’ils allaient prendre une décision à ce sujet. Suite à cette réunion le problème reste le même, Supinfo décide de ne pas proposer les cours en replay.

Je commence alors à discuter avec Brigitte BERNADET, lui expliquant ma situation, mais aucune solution n’est proposée. Je suis donc dans l’impossibilité totale d’assister aux cours, je commence à prendre du retard et je n’ai aucun moyen de le rattraper. Cependant Supinfo nous laisse entrevoir l’éventualité que les cours soient disponible en replay à l’avenir. C’est le seul espoir qu’il me reste, sachant que les cours jusqu’à présent sont TOUS perdus.

Le 16 Février je jette l’éponge. La situation a assez duré et je suis excédé d’attendre une fonctionnalité qui n’apparaîtra certainement jamais. Je recontacte Brigitte BERNADET et lui explique que je souhaite un remboursement de tout ou partie de l’année.

• Échange de mails avec Brigitte BERNADET le 13/17 février

Brigitte BERNADET m’explique qu’il faut correspondre à 3 caractères (plus ou moins précis) pour avoir le droit à un remboursement, et m’annonce sans même se pencher plus sur le cas que je ne relève pas ces 3 caractères et me redirige vers le service compétent pour continuer mon plaidoyer.

Je décide donc d’envoyer un recommandé avec accusé de réception au Département de Scolarité de Supinfo comme indiqué dans les CGI. Le recommandé est envoyé rapidement et livré quelques jours plus tard : le 6 Mars 2015. Le service étant situé en Belgique et moi sur l’Île de la Réunion, le courrier de réponse peut prendre un peu de temps à revenir, je décide d’attendre un peu avant de les relancer.

Le 20 Avril, soit 1 mois et demie plus tard, je n’ai toujours pas reçu de réponse. Je renvoie donc un mail à Brigitte BERNADET pour la mettre au courant de la situation.

• Échange de mails avec Brigitte BERNADET le 20 avril

J’envoie donc un mail (le 6 Mai) à Samir BOUFLIH, Quality Assurance Manager. Ce mail est encore à ce jour sans réponse.

• Mail envoyé à Samir BOUFLIH le 6 Mai 2015

Étant sans réponse, j’envoie directement un nouveau mail au support de Supinfo le 19 Mai.

• Mail envoyé au Support de Supinfo le 19 Mai

Ce mail est lui aussi resté sans réponse, à croire que personne ne souhaite suivre mon dossier ou m’accompagner dans cette démarche. Plus rien ne va, ma patience a des limites et je me décide à appeler directement par téléphone le Support de Supinfo. Au bout de 3 tentatives, le support me répond enfin et m’explique qu’ils n’ont pas reçu mon recommandé (étonnant puisque j’ai un accusé de réception). La standardiste me dit alors me m’adresser par mail à la responsable de son service, celle qui reçoit les recommandés. Aussitôt dit, aussitôt fait.

• Mail envoyé à Bérengère ROMIEUX le 28 Mai 2015

Cette fois il faut que le dossier débloque, je joins donc une copie numérique de mon recommandé ainsi qu’une photo de l’accusé de réception.

• Exemple numérique du recommandé

• Accusé de réception du recommandé

Depuis, j’ai quitté la réunion pour m’installer à Bordeaux, un déménagement de 10 000 km où j’ai dit au revoir à ma famille, j’ai quitté tout ce que j’avais et j’ai commencé une nouvelle vie. Ce déménagement m’a pris beaucoup de temps, que ce soit au niveau personnel ou professionnel. Je décide donc de laisser temporairement cette affaire de côté pour ne pas m’encombrer l’esprit.

Malheureusement le temps passe vite, et depuis ce dernier mail envoyé à Bérengère ROMIEUX je n’ai aucune réponse. Mon dossier a été tout simplement étouffé, j’ai l’impression que cette école m’a volé 6100€ (ce qui est le cas puisque je n’ai pas bénéficié des services que j’ai payé). Il me reste un gros goût amer en bouche, et je trouve déplorable qu’une institution comme celle-ci se comporte de manière malhonnête.

À présent la situation est bloquée, je vais relancer une dernière fois SupInfo, suite à quoi j’engagerais des poursuites en justice contre cette école. Je ne sais pas quel est l’état d’esprit de SupInfo en ne répondant pas à mes mails, peut-être essayent t’ils de me décourager ? En tout cas, s’il y a une chose dont je suis sûr à présent, c’est que je me battrais pour obtenir gain de cause !

Source: https://docs.google.com/document/d/1HFSSVETYvimH0GNbuPkqClSlvQA3_s2jc_VNYNVNhu0

9 thoughts on “Dossier SupInfo
  1. Poursuis sans hésiter en justice ce simulacre d école…..c est une honte. Personnellement j’écrirais aussi à la commission de certification des titres et le ministère de l Éducation nationale car il est anormal de voir tous ces cas de malhonnêteté.l école ne devrait pas être reconnue!!!!! Associez vous car l union fait la force.

  2. Hello, m’étant récemment sorti des griffes de Supinfo en récupérant juridiquement une partie non négligeable de ma mise …je peux te dire que Supinfo reçoit tellement de recommandés que cela ne leur fait plus guère d’effet…il faut passer a l’échelon supérieur …l’huissier

    Lerenard

    • Salut Lerenard,
      Je suis inscris a Supinfo depuis decembre 2015 a Paris mais le visa m’a ete refuse. Et des lors que j’ai introduit une demande de remboursement des 6100€, elle est reste sans reponse malgre mes multiples relances. Svp pourriez me mettre en contact avec lhussier ou le cabinet d’avocat qui a defendu votre.

  3. Hello, n’hésitez pas attaquer de manière plus virulente que ça, ils font traîner tout. Il ne faut pas attendre de réponse. Il ne faut rien leur laisser passer. Passer par des huissiers je crois que c’est la seule possibilité maintenant. Rapprochez vous des profs qui en sont partis ils doivent avoir de bon tuyaux aussi.

    titiclermont

  4. Dépose plainte, ils te rembourseront s’ils voient que tu peux leur poser des problèmes juridiques (et médiatiques) ! Et surtout n’abandonne pas, pour ma part j’ai passé 5 ans dans cette « société » défiscalisée (ne parlons surtout pas d’une école, ce serait leur donner du mérite), et je n’ai toujours pas eu mon diplôme. La cause ? Avoir eu 0/20 à mon mémoire de fin d’étude. Pour quelles raisons ? Je ne le saurais jamais, SUPINFO ne veut pas me dire quel « professeur » a corrigé et pourquoi j’ai eu 0.

  5. Je suis également en conflit avec ces gens là, qui doivent à mon fils 5.000 €. Pas de réponse ni aux mails ni aux courriers.
    Etant un ancien Avocat, mes confrères font se faire une joie de s’occuper du dossier. Je n’ai pas l’intention de lâcher. S’il le faut nous assignerons les structures concernées en liquidation judicaire (avec extension de la procédure sur le Président). Je pense que l’Administration fiscale pourrait également apprécier ce qui peut ressembler à de l’abus de confiance… A suivre

  6. Je viens de lire avec attention votre récit et je ne peux m’empêcher de partager mon point de vue car vous condamnez sévèrement l’école, sans vous remettre en question, alors que votre projet pédagogique m’a interpellé voire surpris ayant moi-même eu une démarche similaire dans le passé.

    Vous expliquez que vous avez un travail et ne pouvez donc suivre un cursus classique, ce que j’entends parfaitement, raison pour laquelle vous vous êtes intéressés au Virtual Campus de Supinfo.

    Vous nous dîtes que vous vous êtes renseignés et inscrits à ce programme qui semblait coïncider avec vos besoins de formation. Quand je vous lis, je comprends que depuis la rentrée scolaire, votre problème majeur concerne la mise à disposition en « replay » des cours officiels délivrés par les professeurs de Supinfo car votre emploi du temps ne vous permet pas d’assister aux diffusions en direct.

    Je suis par curiosité allé voir ce qui est dit sur le site de l’école pour ce cursus à distance. Je cite:

    « SUPINFO International University met également à votre disposition avec sa plateforme Open-Campus qui propose 100% des ressources pédagogiques, cours, vidéos, TPs et outils de SUPINFO accessibles 24/7 avec un simple ordinateur et une connexion internet haut débit. Ce ne sont pas moins de 100.000 livres et support qui sont à votre disposition à travers une bibliothèque très riche. Vous pouvez alors, à votre rythme, améliorer chaque jour vos connaissances et compétences dans de nombreux sujets et préparer des diplômes et certifications officiels.  »

    Il n’est nullement fait référence à des cours diffusés en direct ET enregistrés; seulement des ressources de formations dont des vidéos mises à disposition, ce qui n’est pas la même chose. Il est bien stipulé que des ressources pédagogiques sont offertes mais je n’ai trouvé nulle part la mention d’accès au cours hebdomadaires en différé.

    Quand je lis ce que propose cette école, moi je comprends qu’il s’agit donc d’un cursus scolaire disponible à distance mais qui ne vous dispense pas nécessairement d’être présent à certaines heures. Et c’est bien là où je vous trouve particulièrement sévère voire injuste :

    –> Vous êtes vous suffisamment renseignés au préalable?
    –> Avez-vous contacté d’autres étudiants avant de vous inscrire pour bien avoir en main tous les éléments avant de prendre votre décision?

    Il me semble que vos recherches et votre inscription ont été rapides, sans prendre le temps de bien vérifier tous les détails, en particulier ce point précis des cours en replay qui apparaît déterminant pour le bon suivi de votre scolarité.

    De plus, la communication de l’école et la réponse donnée me semblent adaptées, en tout cas, je n’y vois pas de quoi écrire un pamphlet pour jetter l’opprobre sur un établissement. Je cite:

    « Brigitte BERNADET nous annonce que les cours ne sont pas enregistrer car les professeurs ont peur que personne n’y assiste si ils sont disponible en replay  »

    D’une part, cette personne a pris en compte vos remarque et d’autre part, sa réponse me semble parfaitement cohérente dans un milieu scolaire. En effet, même à distance, il faut s’assurer de la présence des élèves afin de garantir que chacun reçoive le même niveau de connaissance et donc que la qualité de la formation dispensée est la même, quelque soit le mode de suivi des études. C’est une évidence, je ne vois rien à redire à ça, c’est tout simplement du bon sens. Osez dire le contraire.

    De plus, car soucieux de me baser sur des faits, j’ai quand même interrogé le fils d’un ami qui suit le cursus à distance, il m’a montré la quantité incroyable de matériels pédagogiques (ebook, vidéos, livres en tout genre) traitant de nombreuses thématiques: j’ai été assez impressionné de voir toutes ces ressources à disposition, j’aurai bien aimé bénéficier d’autant d’atouts pendant mes études, voire aujourd’hui dans mon métier.

    On va dire que je me fais l’avocat du diable mais si je résume votre démarche, vous voulez grosso modo suivre un cursus entier à la carte, « quand ca vous chante », pour obtenir un diplôme BAC+5, sans même aménager un minimum votre emploi du temps (des cours de 19h à 21h, je ne sais pas quelles sont vos fonctions Monsieur, mais cela me parait étonnant de ne pouvoir à minima s’accorder 2h par jour, je peux me tromper; peut-être travaillez-vous à la présidence de la République).

    A titre personnel, je me suis inscris à une époque à des cours du soirs au CNAM et je travaillais à coté, j’ai réussi à conjuguer ces 2 expériences mais il a bien été nécessaire que je change un tantinet mon planning hebdomadaire –> vouloir obtenir un diplôme en se disant qu’on ne va rien changer à son quotidien et venir de surcroît se plaindre qu’une école ne s’adapte pas à votre agenda (d’ailleurs, je ne sais pas combien de temps il vous a fallu pour rédiger ce monologue mais vous auriez gagné à l’investir sur vos cours ;-), je trouve personnellement votre attitude ahurissante, je me demande bien sur quelle planète vous vivez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *