Trump probablement à la fin du mois devant le tribunal – (Trump University)

trump_university

Trump, malgré sa victoire, devra faire face à plusieurs accusations devant la justice. L’une d’entre elles, concernant la Trump University, pourrait se régler devant le tribunal à la fin du mois de novembre.

Avant de s’installer à la Maison Blanche, Trump devra comparaître devant le tribunal de San Diego concernant une plainte collective relative à la « Trump University ». Des étudiants poursuivent le magnat de l’immobilier pour « tromperie ». Ils l’accusent de leur avoir fait de fausses promesses concernant la formation dispensée et demandent le remboursement du cursus.

C’est au milieu des années 2000 que Donald Trump a lancé son « université », avec comme promesse de révéler les « secrets » de sa réussite en affaires. 5000 étudiants s’y sont inscrits mais ses promesses n’auraient pas été tenues pour certains anciens étudiants qui s’estiment lésés. Ils demandent au futur président américain le remboursement de leurs frais de scolarité, qui pouvent atteindre 35 000 dollars (31 000 euros) par personne. Plusieurs employés de l’établissement ont également qualifié l’établissement – fermé en 2010 – de « système frauduleux » et de « mensonge complet ».

« Mensonge complet »

Le milliardaire, de son côté, est d’avis que les étudiants en ont eu pour leur argent, s’appuyant sur des témoignages d’élèves satisfaits et sur des milliers d’évaluations positives. Cette défense est toutefois contestée par d’anciens étudiants qui ont affirmé avoir subi des pressions au moment de remplir les enquêtes de satisfaction. L’anonymat des réponses n’aurait pas été respecté et ils se seraient vu signifier qu’un avis positif était indispensable pour obtenir leur diplôme.

Trump devra témoigner dans un tribunal de San Diego, en Californie, probablement le 28 novembre prochain, pour l’ouverture d’un procès regroupant deux actions de groupe lancées contre la Trump University.

Les présidents en fonction sont protégés contre des poursuites judiciaires mais pas pour des faits qui ont eu lieu avant leur entrée à la Maison Blanche. Le simple fait d’être choisi comme président ne suffit pas. L’affaire pourrait cependant être reportée.

Source: http://www.levif.be/actualite/international/trump-probablement-a-la-fin-du-mois-devant-le-tribunal/article-normal-571587.html

Attentat évité : le suspect avait falsifié des documents

Attentat-lepoint

Sid Ahmed Ghlam, un Algérien de 24 ans soupçonné d’avoir voulu attaquer au moins une église du Val-de-Marne au nom de l’islam le plus radical, avait falsifié des documents officiels pour entrer à l’université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) à Paris, a-t-on appris jeudi auprès de l’établissement. « En décembre 2014, il a été demandé de traduire l’intéressé devant la section disciplinaire pour présomption de falsification de documents administratifs officiels (relevé de notes) en vue de son inscription à l’UPMC », indique l’université dans un communiqué.

Le jeune homme qui s’était inscrit à l’UMPC en septembre 2014, en troisième année de licence sciences et technologies santé mention électronique, énergie, électrique, automatique, n’assistait plus depuis octobre 2014 aux cours ni aux travaux dirigés auxquels il s’était inscrit. « Il ne s’est pas présenté aux examens en décembre 2014 », précise l’université. Entre novembre 2011 et juin 2013, l’étudiant était scolarisé à Supinfo, une école d’informatique de Paris, dont il n’a pas terminé le cursus et qu’il a quittée au bout de sa deuxième année.

Source: http://www.lepoint.fr/societe/attentat-evite-le-suspect-avait-falsifie-des-documents-23-04-2015-1923786_23.php

Aucune trace de Sid Ahmed Ghlam à Supinfo Reims

Sid-Ahmed-Ghlam-SUPINFO

Inscrit à l’école privée d’informatique Supinfo de Paris, de l’automne 2011 à la fin d’année scolaire 2013, Sid Ahmed Ghlam – auteur présumé des attentats déjoués à Villejuif – a-t-il fait une partie de sa scolarité à l’antenne Supinfo de Reims  ? La réponse n’est pas encore définitive, mais les derniers éléments recueillis permettent de penser que non.

Toutes les inscriptions à l’école sont prises à Paris, mais ensuite libre aux étudiants de formuler un vœu de mobilité pour effectuer le cursus dans le Supinfo de leur choix. « S’il avait choisi Supinfo Reims pour son cursus de mobilité, nous en aurions une trace. Or, il n’apparaît nulle part chez nous » , indique ce jeudi matin un responsable régional de Supinfo.

Etudiant boursier

Etudiant boursier algérien de 24 ans, Sid Ahmed Ghlam a abandonné l’école d’informatique à la fin de la deuxième année, au printemps 2013. A-t-il rejoint Reims après cet échec  ? Son nom figure dans la liste des étudiants qui sont passés par l’Université de Reims-Champagne Ardenne, mais l’année d’inscription et la filière ne sont pas encore connues.

Dans sa conférence de presse de mercredi après-midi, le procureur de Paris avait indiqué que Sid Ahmed Ghlam, revenu en France en 2009, avait quitté le domicile familial de Saint-Dizier en 2011 «pour étudier à Paris puis à Reims», avant de rejoindre Saint-Dizier et de retourner dans la capitale en septembre 2014.

En cas d’une inscription à la fac de Reims en 2013 – 2014, reste à savoir s’il y a effectué des études effectives, ou si elle était essentiellement motivée pour ne pas perdre les droits afférents (bourse, mutuelle, visa…).

D’après certains de ses proches, il n’aurait fait qu’un court séjour, quelques mois, à la faculté de Reims.

Source: http://www.lunion.com/448751/article/2015-04-23/aucune-trace-de-sid-ahmed-ghlam-a-supinfo-reims

SUPINFO et la Banque Populaire Rives de Paris ont souhaité construire un partenariat accès sur l’accompagnement et la simplicité.

SUPINFOU-ACCES

SUPINFO et la Banque Populaire Rives de Paris ont souhaité construire un partenariat accès sur l’accompagnement et la simplicité. L’objectif de la Banque Populaire Rives de Paris est de proposer des solutions personnalisées à chacun dans des délais courts et ce de manière la plus fluide possible.

Source: http://www.supinfo.com/