LeMonde – Tour Montparnasse : des étudiants emménagent, malgré l’amiante

LeMonde-SUPINFO-Paris-Amiante

La région Ile-de-France vient d’annoncer l’évacuation de ses 200 agents travaillant à la tour Montparnasse en raison de la pollution à l’amiante. En novembre, c’étaient des salariés d’Amundi, filiale du Crédit agricole et de la Société générale, qui avaient quitté le site où travaillent quelque 5 000 personnes.

Le Figaro indique pourtant, vendredi 31 janvier, que depuis quelques mois près de « 600 étudiants viennent d’y emménager ». L’école d’informatique Supinfo, en plein développement, s’y est installée dans des locaux loués à Axa au 40e étage à la rentrée 2013 et ses « 534 de ses étudiants fréquentent la tour ».

Le président de l’établissement d’enseignement indique que le lieu a été choisi avant que les informations relatives à la pollution par la fibre cancérigène lors des travaux de désamiantage ne soient diffusées. Mais la direction a décidé de ne pas se contenter des relevés de mesure d’air fournis par le syndic de l’immeuble et de faire réaliser des mesures par un autre organisme. « Si nous étions amenés à observer un dépassement du seuil réglementaire, nous quitterions la tour », explique son président au Figaro.

L’école de commerce Audencia s’y est installée, au 25e étage. L’établissement qui « accueille un mastère spécialisé et une partie de la formation continue du groupe » soit « au maximum 80 personnes » se montre moins disert et n’a pas répondu au Figaro.

INFORMATION JUDICIAIRE OUVERTE DEPUIS OCTOBRE

Isolant utilisé dans le bâtiment, l’amiante, cancérigène, pourrait provoquer, selon les autorités sanitaires, quelque 100 000 décès d’ici à 2025. Les travaux de désamiantage du célèbre édifice parisien, où travaillent quelque 5 000 personnes, ont démarré il y a sept ans et déjà coûté quelque 250 millions d’euros aux 283 copropriétaires. Ils ne devraient pas s’achever avant 2017.

Une information judiciaire est ouverte depuis le 4 octobre par le parquet de Paris, notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui », deux magistrats spécialisés dans les questions de santé publique ayant été désignés pour instruire. Plusieurs dizaines de salariés ont également déposé un dossier aux prud’hommes pour faire valoir un « préjudice d’anxiété ».

Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/31/des-etudiants-a-la-tour-montparnasse-malgre-l-amiante_4357579_3244.html

LeFigaro – Amiante : 600 étudiants viennent d’emménager dans la tour Montparnasse

LeFigaro-SUPINFO-Paris-Amiante

INFO LE FIGARO – Alors que certaines entreprises et la région Ile-de-France quittent la tour à cause de l’amiante, deux écoles d’enseignement supérieur (Supinfo et Audencia) viennent d’emménager dans ce gratte-ciel.

Au 40e étage de la tour, les locaux sont flambant neufs, la vue sur Paris est imprenable. L’école d’informatique, Supinfo, est installée sur place depuis novembre dernier. Au moment où des entreprises comme Amundi ou des organismes comme le conseil régional d’Ile-de-France quittent la tour pour ne pas exposer leurs salariés au risque d’amiante, l’arrivée d’un établissement d’enseignement supérieur pose des questions.

L’amiante? Les étudiants, essentiellement des garçons, ne savent pas vraiment ce que c’est. Certains n’en n’ont même jamais entendu parler. «C’est radioactif?», nous demande un jeune homme de 22 ans, au tee-shirt moulant et au blouson de cuir. Supinfo est une école d’informatique privée destinée aux bacheliers n’ayant pas fait de classe préparatoire, et qui dispose de 22 campus en France et de 34 sites dans le monde. Quelque 534 de ses étudiants fréquentent la tour.

Installée à Paris depuis 1965 rue Château-Landon (10e arrondissement), l’école souhaitait s’agrandir. Elle a donc déménagé dans la tour en octobre dernier, après six mois de travaux, pour la rentrée scolaire. Elle loue ses nouveaux locaux à la compagnie d’assurance Axa. Contacté par Le Figaro, Alick Mouriesse, président de Supinfo explique que quand son école a «choisi la tour avant l’été 2013, il n’y avait pas d’information disant qu’il y avait de l’amiante dans la tour. Pourquoi notre bailleur ne nous a-t-il pas informé des dépassements de seuil d’amiante observés fin juin quand nous avons signé le bail le 11 juillet?». Les travaux de désamiantage ont commencé dans la tour en 2006.

Supinfo va réaliser des mesures indépendantes

«Lorsque nous avons entendu parler de l’amiante cet été [quand l’Inspection du travail a signalé au parquet des dépassements récurrents des seuils réglementaires de poussières d’amiante dans la tour, NDLR], poursuit Alick Mouriesse, nous nous en sommes inquiétés auprès de notre bailleur qui nous a rassurés en nous disant qu’il n’y avait de l’amiante que dans les sous-sols de la tour. Très clairement, on nous a dit qu’il n’y avait aucun danger pour nos étudiants». Bref, le patron de Supinfo se présente en victime d’une affaire qu’il subit plus qu’il ne l’a initiée. A demi-mot, il rejette la responsabilité sur Axa.

Reste qu’il n’a pas réalisé une mauvaise opération financière dans ce déménagement. Selon nos informations, après avoir négocié son loyer, il ne paie qu’un peu plus de 515.000 € par an pour ces locaux au cœur de Paris., Soit un discount de 20% par rapport au prix du marché. Un tarif imbattable dû aussi au fait que les entreprises quittent la tour Montparnasse à cause du risque d’amiante.

Cela n’empêche pas Supinfo de prendre ses précautions. Tous les mois, Icade, le syndic de la tour Montparnasse, fournit à l’école des relevés de mesure de l’air. Supinfo en a reçu trois pour l’instant, la mesure la plus haute indiquait 2 fibres par litre d’air (le seuil réglementaire étant de 5 fibres maximum par litre). Suite à notre appel, Alick Mouriesse a décidé de réaliser des mesures indépendamment d’Icade. « Si nous étions amenés à observer un dépassement du seuil réglementaire, nous quitterions la tour».

«Une aberration totale»

Autre établissement avec des étudiants présent dans la tour: Audencia, une grande école de commerce dont le siège est à Nantes. L’établissement s’est installé ici mi-septembre dans des locaux loués à la banque Morgan Stanley. Au 25e étage, sur 250 m², Audencia accueille un mastère spécialisé et une partie de la formation continue du groupe. Au maximum, elle compte 80 personnes dans ses locaux. Interrogée sur l’opportunité de s’installer dans la tour alors que des entreprises quittent les lieux à cause de l’amiante, la direction d’Audencia n’a pas souhaité répondre au Figaro.

Michel Parigot, le mathématicien à l’origine du désamiantage de l’université de Jussieu et vice-président de l’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante (Andeva) estime qu’il s’agit d’une «aberration totale». Selon lui, «aller s’installer dans un bâtiment dont on sait parfaitement qu’il contient de l’amiante et où l’on constate régulièrement des dépassements du seuil règlementaire de poussières d’amiante revient à ne pas tirer les leçons du passé. Pour les établissements scolaires, la question qui se pose d’habitude est de désamianter des locaux ou déménager. Là, c’est l’emménagement qui pose question».

La préfecture d’Ile-de-France qui avait ordonné lors de l’été 2013 l’interruption de travaux de désamiantage dans la tour suite à plusieurs dépassements des seuils autorisés pour cette fibre cancérigène souhaite calmer le jeu. Selon elle, la pollution dans la tour vient des travaux de désamiantage, or actuellement ces travaux sont suspendus. La préfecture prendra un arrêté dans les deux mois pour encadrer la fin du désamiantage de la tour mais sans la vider de ses occupants. En attendant, assure-t-elle, il n’y a «aucun risque sanitaire».

Amiante : le Conseil régional quitte la Tour Montparnasse

Si l’expert mandaté par le préfet estime que la présence d’amiante dans la Tour Montparnasse ne la rend pas dangereuse pour les salariés qui y travaillent, le Conseil régional d’Ile de France vient quand même de décider de retirer ses 200 agents immédiatement.

Après Amundi, une filiale du Crédit Agricole, c’est au tour du Conseil régional d’Ile-de-France de quitter la Tour Montparnasse minée par l’amiante. «Considérant le risque sanitaire», Jean-Paul Huchon, président PS de cette collectivité territoriale a indiqué dans un communiqué diffusé à la mi-journée qu’il demandait à son directeur général des services «d’organiser dès ce jour le départ immédiat de la Tour Montparnasse des agents Région concernés (200 agents)

Dans les faits, le déménagement dans des locaux à côté de la place de Catalogne, pas très loin de Montparnasse, aura lieu lundi soir ou mardi matin. D’ici là, les agents viendront à leur bureau dans la Tour Montparnasse pour ranger leurs affaires. Mais avant de s’installer près de la place de Catalogne, ils devront patienter peut-être plusieurs mois. «Le DRH qui a réuni le personnel à 16h n’a pas su nous dire quand les locaux seraient prêts, explique Vincent Callies, représentant syndical au conseil régional d’Ile de France. Apparemment, il y a de gros problèmes de cablage informatique. Du coup, les salariés n’auraient pas de bureau avant juin.» D’ici là, les agents seront incités à prendre des congés ou bénéficieront d’autorisations d’absence exceptionnelle. Voilà qui ne va pas améliorer l’efficacité de cette administration.

Création d’un comité de pilotage amiante et recrutement d’un expert amiante

En attendant, cette décision de quitter la tour tombe au pire moment pour les 300 copropriétaires de ce gratte-ciel (MGEN, Covea, conseil national de l’ordre des architectes…). En effet, aujourd’hui, l’expert mandaté par le préfecture mais payé par les copropriétaires rendait son rapport pour expliquer pourquoi, cet été, des taux anormalement élevé d’amiante avaient été constatés dans le bâtiment.

Au vu de ce rapport, le préfet aurait pu décider que la tour serait vidée pour terminer le désamiantage. Une catastrophe pour les copropriétaires qui n’auraient plus touché aucun loyer. Au lieu de cela, il a indique que la tour allait rester ouverte et que les travaux de désamiantage pourraient reprendre dans deux mois si les copropriétaires respectent les recommandations de l’expert dans son rapport (création d’un comité de pilotage amiante et recrutement d’un expert amiante).

Pour cela, il s’appuyait sur le rapport de l’expert qui «établit que le dispositif de désamiantage» mis en place par les copropriétaires présente «un certain nombre de lacunes» responsables de la présence excessive mais ponctuelle de fibres dans la tour.

Du coup, les copropriétaires avaient prévu de rassurer l’opinion publique sur le fait que la Tour Montparnasse n’expose à aucun risque. «La tour est un lieu sûr. Le rapport le confirme, les risques sont sous contrôle», a résumé lors d’une conférence de presse mercredi après-midi Gilles Vuillemard, le représentant des copropriétaires qui travaille à la MGEN, propriétaire de plusieurs étages dans ce gratte-ciel.

Le discours est-il audible alors que le même jour Jean-Paul Huchon annonçait le départ précipité des salariés du Conseil régional d’Ile-de-France pour éviter de prendre tout risque sanitaire? On peut en douter.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/29/01016-20140129ARTFIG00659-amiante-le-conseil-regional-quitte-la-tour-montparnasse.php

Augmentation des frais de scolarité à SUPINFO

Tarif normal d’une année d’étude SUPINFO fixé à : 6100 euros.

Rappels des prix avant;

(4990 euros – 2012/2013)

Maintenant;

6100 euros
OU
10100 euros pour Montréal ou San-Francisco

SUPINFO_Augmentation-Minerval

Frais complémentaires pour incription sur un campus aux USA ou au Canada.

Le fonctionnement des campus de SUPINFO en Amérique du Nord aux USA et au Canada repose à compter de 2014-2015 sur des partenariats avec des établissements d’enseignement supérieurs locaux notamment pour l’obtention des visas pour les étudiants. Dès lors, des frais complémentaires de 4000 € liés aux partenaires universitaires nord-américains s’appliquent pour ces campus et devront être payés, en plus des frais de scolarité avant le début de la rentrée 2014-2015.

Voilà l’ancienne version de la brochure (prix assez visible);
SUPINFO-Cursus-Flexible-4990-Ancienne-Version

Voilà la nouvelle version de la brochure (prix inscrit au microscope);
SUPINFO-Cursus-Flexible-6100-Nouvelle-Version

Source: http://www.supinfo.com/fr/Newsfb3450e2-8b66-403a-93d8-8532d901f6a5.aspx