Amiante : le Conseil régional quitte la Tour Montparnasse

Si l’expert mandaté par le préfet estime que la présence d’amiante dans la Tour Montparnasse ne la rend pas dangereuse pour les salariés qui y travaillent, le Conseil régional d’Ile de France vient quand même de décider de retirer ses 200 agents immédiatement.

Après Amundi, une filiale du Crédit Agricole, c’est au tour du Conseil régional d’Ile-de-France de quitter la Tour Montparnasse minée par l’amiante. «Considérant le risque sanitaire», Jean-Paul Huchon, président PS de cette collectivité territoriale a indiqué dans un communiqué diffusé à la mi-journée qu’il demandait à son directeur général des services «d’organiser dès ce jour le départ immédiat de la Tour Montparnasse des agents Région concernés (200 agents)

Dans les faits, le déménagement dans des locaux à côté de la place de Catalogne, pas très loin de Montparnasse, aura lieu lundi soir ou mardi matin. D’ici là, les agents viendront à leur bureau dans la Tour Montparnasse pour ranger leurs affaires. Mais avant de s’installer près de la place de Catalogne, ils devront patienter peut-être plusieurs mois. «Le DRH qui a réuni le personnel à 16h n’a pas su nous dire quand les locaux seraient prêts, explique Vincent Callies, représentant syndical au conseil régional d’Ile de France. Apparemment, il y a de gros problèmes de cablage informatique. Du coup, les salariés n’auraient pas de bureau avant juin.» D’ici là, les agents seront incités à prendre des congés ou bénéficieront d’autorisations d’absence exceptionnelle. Voilà qui ne va pas améliorer l’efficacité de cette administration.

Création d’un comité de pilotage amiante et recrutement d’un expert amiante

En attendant, cette décision de quitter la tour tombe au pire moment pour les 300 copropriétaires de ce gratte-ciel (MGEN, Covea, conseil national de l’ordre des architectes…). En effet, aujourd’hui, l’expert mandaté par le préfecture mais payé par les copropriétaires rendait son rapport pour expliquer pourquoi, cet été, des taux anormalement élevé d’amiante avaient été constatés dans le bâtiment.

Au vu de ce rapport, le préfet aurait pu décider que la tour serait vidée pour terminer le désamiantage. Une catastrophe pour les copropriétaires qui n’auraient plus touché aucun loyer. Au lieu de cela, il a indique que la tour allait rester ouverte et que les travaux de désamiantage pourraient reprendre dans deux mois si les copropriétaires respectent les recommandations de l’expert dans son rapport (création d’un comité de pilotage amiante et recrutement d’un expert amiante).

Pour cela, il s’appuyait sur le rapport de l’expert qui «établit que le dispositif de désamiantage» mis en place par les copropriétaires présente «un certain nombre de lacunes» responsables de la présence excessive mais ponctuelle de fibres dans la tour.

Du coup, les copropriétaires avaient prévu de rassurer l’opinion publique sur le fait que la Tour Montparnasse n’expose à aucun risque. «La tour est un lieu sûr. Le rapport le confirme, les risques sont sous contrôle», a résumé lors d’une conférence de presse mercredi après-midi Gilles Vuillemard, le représentant des copropriétaires qui travaille à la MGEN, propriétaire de plusieurs étages dans ce gratte-ciel.

Le discours est-il audible alors que le même jour Jean-Paul Huchon annonçait le départ précipité des salariés du Conseil régional d’Ile-de-France pour éviter de prendre tout risque sanitaire? On peut en douter.

 

Source: https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/29/01016-20140129ARTFIG00659-amiante-le-conseil-regional-quitte-la-tour-montparnasse.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *